• Le bébé africain

     

    Un jour, je l'ai entendu parler
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>Ce bébé africain qui n'est pas encore né
    <o:p> </o:p>" M'est-il facile de devenir un enfant
    <o:p> </o:p> Et de vivre parmi tous ces méchants ?
    <o:p> </o:p>Pourrais-je me faire un jour beaucoup d'amis
    <o:p> </o:p>Et de vivre ainsi sans soucis ?
    <o:p> </o:p>Pourrais-je avoir une bonne éducation
    <o:p> </o:p> Et mon corps, aura-t-il une saine alimentation ?
    <o:p> </o:p>Pourrais-je avoir une maison
    <o:p> </o:p>Sans qu'il y ait trafique ou trahison ?
    <o:p> </o:p>Pourrais-je aller un jour à l'école ?
    <o:p> </o:p> Ou mon destin serait comme celui d'une bestiole.
    <o:p> </o:p> Et quand je grandirai..!
    <o:p> </o:p>Pourrais-je avoir droit à un travail ?
    <o:p> </o:p>Ou mon cas serait comme celui d'un épouvantail.
    <o:p> </o:p>Enfin, pourrais-je fonder une famille
    <o:p> </o:p>Et avoir des enfants comme tout le monde ?
    <o:p> </o:p>Ou bien nulle, sera à jamais, ma vie
    <o:p> </o:p>Les soucis, la famine, l'analphabétisme, la pauvreté et la solitude...
    <o:p> </o:p>Régneraient, pour de bon, dans mon monde."

     

  • Commentaires

    1
    Samedi 7 Juin 2008 à 22:10
    Chapeau!!!
    Sublime poème qui montre le grand essor de ta façon d'écrire...A mon tour de te tirer mon chapeau bien que je n'en aies pas...
    2
    Vendredi 27 Juin 2008 à 12:05
    Magnifique ...
    Très beau poème, j'ai beaucoup apprécié, il dit vrai et se profondeur symbolique est extraordinaire. Il m'a rappelé une histoire que j'ai reçue un jour par courrier électronique, la voici : Un petit noir regarde un marchand de ballons dans la rue. Ses yeux brillent. Il y a des ballons de toutes les couleurs, rouges, bleus, blancs, noirs, jaunes... Le vieux monsieur qui vend les ballons voit le garçon qui hésite, puis prend son courage à deux mains et s'approche de lui. "Dis Monsieur, est-ce que les ballons noirs volent aussi haut que les autres ?" Le vieux Monsieur a presque la larme à l'oeil. Il prend le garçon dans les bras, l'installe sur un muret et lui dit : "Regarde" Il lâche tous ses ballons qui s'envolent en grappe et montent, montent, montent dans le ciel jusqu'à disparaître tous tellement ils sont hauts. "Tu as vu ?" "Oui" "Est-ce que les ballons noirs sont montés aussi haut que les autres ?" "Oui Monsieur" "Tu vois, mon garçon, les ballons, c'est comme les hommes. L'important ce n'est pas leur couleur, ce n'est pas l'extérieur. Non, l'important, c'est CE QU'IL Y A EN EUX. C'est ce qu'il y a en toi qui fera toute la différence dans ta vie."
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :